Le Flicage des citoyens gagne les autre Opérateurs

Publié le par Congo Internet Consortium

Depuis la réunion mixte entre le Ministère des PTT et les opérateurs Télécoms tenu la semaine dernière à Kinshasa, les Abonnés Télécom n’ont pas encore repris leurs esprits.

Dans la lignée des décisions prises lors de cette rencontre figurait la nécessite pour tout les abonnées de ces opérateurs de décliner complètement leur identité et leur adresses complètes, en cas de contact avec les services clientèle de ces Entreprises. Ces mesures dit-on, ont été décrété par souci de préserver la sécurité nationale.

Les vagues de suspicions qui règnent dans la Ville à propos de la stabilité des Institutions de la république ainsi que de leurs animateurs, notamment le Chef de l’Etat serait à la base de ces mesures. Le Gouvernorat de la Ville de Kinshasa avait également la semaine dernière démenti ces rumeurs.

Pourtant, le Gouvernement semble déterminer à initier cette politique dont, les risques pour la démocratie et les Droits de l’Homme sont à craindre.

Le dernier exemple en date de ces mesures a été signalé chez Celtel Congo. Un autre poids lourd des télécoms en RD Congo. Celle-ci a emboîté le pas à sa principale société rivale, tout en y ajoutant une particularité toute autre.

Celtel a envoyé dans la Journée d’hier des messages courts à ses abonnés, leur informant des nouvelles directives du Ministère des PTT, dont entre autre, cela est nouveau ; l’obligation de se présenter physiquement à un Centre CELTEL pour s’enregistrer en tant qu’abonné.

Les plus sceptiques ayant contacté le Service Clientèle pour obtenir des informations détaillées, se sont laissé entendre que l’Opération était obligatoire, et que tout contrevenant à cette mesure, verrait son numéro bouché.

Les pièces du Puzzle se rassemblent et mettent en évidence ; l’Avenir « radieux » du Congo de demain, fera des individus qui auront accès en permanence à ces Informations ; des Hommes tout Puissants.

Quel sera donc la Suite. On imagine mal que ces données restent stockées en permanence pour les besoins des opérateurs. Ils n’en ont pas besoins puisque ils possèdent déjà des estimations chiffrées de leurs abonnés en fonctions du nombre de numéros actifs.

Celtel et VodaCom ont tout à tour, clamé haut et fort, l’année dernière avoir dépassé le cap d’un million d’abonnés pour le premier, et de 2 millions pour VodaCom.

Si ces Informations sont véridiques, le Ministère des PTT devrait lui aussi être en possession de ces chiffres. La destination final de ces données n’est donc pas les PTT, mais d’autres services comme les Services de renseignements Civils, Militaires et de Police.

Dans un Pays où la Culture démocratique n’a pas suffisamment mûri, suite à une période post-électorale marqué par des contestations, affrontements armées, et velléités sécessionnistes ; il est encore beaucoup plus inquiétant pour les Citoyens de savoir que ces données existeront, et que les personnes ou services auxquels elles sont destinés, échappent pour la plupart à tout contrôle du pouvoir Exécutif et Judiciaire.

La crainte est de voir se multiplier les dérapages qu’occasionnent l’absence de réglementation actuelle, pour la gesttion transparente de ces données, qui constituent un danger pour tout le monde. La Volonté obstiner du Gouvernement de ne pas vouloir afficher clairement ses intentions quand à la manière dont elle compte faire usage de ces informations, souffle les prémices d’un totalitarisme étatique, qui peu à peu se met en place.

En tant que gouvernement élu de la 3ème république, l’organe exécutif centrale, contrairement au gouvernement Provincial, communique très peu, et ne rends pas régulièrement compte, ne fût ce que par les moyens audio-visuels ; de la nécessité des décisions qu’elle prend ; créant ainsi une crise de confiance manifeste, car cette absence de communication,couplée à l’ambiguïté et la confusion qui entoure ses décisions sur les télécoms, laisse planer dans l’imaginaire collectif, le spectre d’une dérive dictatoriale.

Comment alors expliquer que le Ministère des PTT initiatrice de l’action, n’est pas largement médiatisés cette mesure, tout en y expliquant la nécessité ?

Pourquoi ce sont nos Opérateurs Télécoms qui nous informent de ces décisions ?

Ces Opérateurs seraient-ils devenus les nouveaux porte-parole du Gouvernement ?

En particulier celui des PTT ?

La Démocratie n’a jaamis été plus en danger que maintenant.

Les Organisations de la Société Civile doivent toutes se lever pour barrer la route à cette nouvelle forme d'autoritarisme qui est entrain d'élire domicile dans notre pays.

Commenter cet article